Ces erreurs que je ne referai plus (ou presque)

Aujourd’hui, je vous reviens avec un article où je parle de ces erreurs que j’ai pu commettre quand j’ai commencé à voyager, et que je tente de ne plus commettre. Je me suis clairement inspirée de cet article de Marion. On commence tout de suite!

🦉 Ne pas se renseigner sur les lieux où je me rends avant de partir

Avant, je partais sans avoir pris aucun renseignement sur l’endroit où j’allais. Certes, cela a un charme de partir à l’aventure mais, cette erreur m’a fait rater beaucoup d’incontournables dont je ne connaissais même pas l’existence, et qui se trouvait parfois à quelques mètres de moi. Seulement, il fallait le savoir. Depuis, j’épluche absolument tout sur ma future destination, ainsi, je ne rate plus rien. Il faut dire aussi qu’à force de passer du temps sur les sites de voyages, dans les livres etc, j’ai beaucoup appris sur tout un tas de lieux et je risque moins de passer à côté d’un gros incontournable. Moi qui détestait la géo à l’école, je suis devenue incollable sur le sujet!

🦉 Me dire qu’acheter des souvenirs ne sert à rien puisque j’ai des photos

C’était le cas quand j’étais encore étudiante et chez mes parents. Je n’achetais pas énormément de souvenirs pour moi puisque j’étais limitée à ne décorer que ma chambre. Je partais alors du principe que mes photos me servaient amplement de souvenirs. Aujourd’hui, j’adore collectionner un tas de petits objets qui me rappelle mes voyages quand je passe devant.

🦉 Me dire que ça ne sert à rien de tout photographier puisque je vais m’en souvenir

Erreur. A force de voyager, et avec le temps qui passe, on ne peut se souvenir de tout. En revanche, une photo qu’on a oublié dans un tiroir peut nous rappeler à un moment précis sans aucun effort. C’est pour ça qu’aujourd’hui, je mitraille absolument tout! Il vaut mieux prendre trop de photos, que pas assez. Je regrette de ne pas avoir plus de photos de certaines destinations que j’ai visité au tout début, j’ai l’impression d’être amputée de certains souvenirs.

🦉 Trier mes photos trop vite/ne pas garder les photos brutes

Avant, je triais mes photos trop vite, et je ne gardais que les photos imprimables. Je pouvais passer de 1000 photos tirées à seulement une dizaine de gardées. Là aussi, c’était une erreur. Une photo qui n’est pas assez belle pour être imprimée peut quand même constituée un souvenir important.

🦉 Ne pas faire (toutes) les excursions qu’il y a où je suis parce que c’est cher

Phrase de mon moi passé, encore étudiante. Plutôt que de m’avouer que je n’avais pas forcément le budget pour tout visiter, je préférais me dire que le plus important, c’était les paysages, et je me limitais. Ce n’est pas faux en soi, mais aujourd’hui, dès que je trouve une visite intéressante, je ne me prive plus. J’aime beaucoup ça et cela m’apprend un tas de choses. Je me réserve donc maintenant, pour chaque voyage, un bon gros budget pour les excursions.

🦉 Ne pas faire de photos des hôtels où je dors

C’est quelque chose que j’ai très rarement fait. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs, je trouvais ça peu important, intime, et je me disais que j’allais m’en souvenir. Mais je peux vous assurer qu’après avoir dormi dans plus de 100 endroits différents, on ne sait plus forcément à quoi ressemble tel ou tel hôtel. C’est pour cela qu’aujourd’hui, j’essaie de faire une photo de l’hôtel ou au moins de la chambre où je me trouve.

🦉 Ne pas réserver mes hôtels avant de partir

Je ne l’ai fait qu’une fois, pour mon premier road trip. J’ai toujours trouvé un camping où poser ma tente, mais ça c’est parfois joué à peu. A Annecy par exemple, nous avons eu le dernier emplacement. Je peux comprendre les gens qui préfèrent être libres de s’arrêter dormir où ils le souhaitent, et je respecte cette façon de faire, mais je suis trop perfectionniste pour cela, je préfère réserver mes hôtels à l’avance. J’ai remarqué que cela me faisait gagner de l’argent, et que j’avais toujours droit à un meilleur emplacement/une meilleure chambre, dans un endroit mieux situé.

🦉 Hésiter à faire encore quelques kilomètres pour voir quelque chose

Je n’ai pas fait l’erreur souvent mais ça a suffit pour retenir la leçon. J’ai parfois, par fatigue ou par flemme tout simplement, refusé de pousser un peu plus loin pour voir quelque chose. Je regrette oui et non car je me dis qu’on ne peut pas non plus tout voir en même temps, mais parfois j’aurai quand même pu faire l’effort.

🦉 Ne pas accepter le fait d’être fatiguée et m’en vouloir

L’histoire de ma vie. Ma petite santé ne me donne pas toujours l’autonomie que je souhaiterais avoir. C’est certainement aussi moi qui lui en demande beaucoup. Je m’en suis longtemps voulu d’être fatiguée quand vient le soir, et d’aller me coucher tôt alors que j’aurai pu passer encore quelques heures à profiter, mais c’est terminé, j’ai cessé de me reprocher d’être fatiguée, ou presque.

🦉 Avoir peur de l’inconnu

Avant, j’étais inquiète avant de prendre le volant puisque je ne savais pas où j’allais arriver, je ne connaissais pas les routes que j’allais emprunter, où j’allais me garer, etc … Aujourd’hui, je m’en fiche. Je prends la route et on verra bien ce qui se passe, de toute façon, on s’en sort toujours.

🦉 Être toujours aux extrêmes et passer d’une journée intense à une journée à ne rien faire

Je suis toujours dans l’extrême et c’est la seule chose de cette liste que je n’ai toujours pas réussi à changer. J’ai cette fâcheuse manie d’être soit hyper motivée et ne pas m’arrêter, soit ne vouloir rien faire du tout. Fort heureusement, je suis la majorité du temps motivée, mais cette attitude m’énerve quand même. J’aimerai pouvoir faire les choses plus lentement, et me dire par exemple qu’aujourd’hui je visite telle et telle chose et je laisse une autre pour le lendemain, mais je n’y arrive pas. Laisser les choses pour plus tard, ce n’est vraiment pas mon truc. Au lieu de ça, je visite sans relâche et il m’arrive au bout d’un certain temps, d’être tellement vidée de mon énergie que j’ai besoin d’un jour ou deux complets à strictement ne rien faire! Le confinement m’aura quand même appris à faire une pause, et me reposer, mais j’ai trouvé cela très inconfortable.

🦉 Vouloir tout contrôler à la minute près

C’est bien la leçon que m’a donné le coronavirus: faire face à l’imprévu. En temps normal, je fais toujours le topo dans ma tête, avant de partir, des choses qui pourraient m’arriver/me retarder, et je cherche déjà des solutions. En revanche, le cas de la pandémie, je ne l’ai jamais vu venir et si on me l’avait dit, je ne l’aurai pas cru. Quand la décision du confinement est tombée, je me suis sentie très mal. Au début, tout allait bien, je ne partais pas tout de suite, j’étais juste amener à rester chez moi, ce qui ne posait pas de soucis était donné que je suis assez introvertie. En revanche, quand la date de mon prochain voyage a approché, que mes vols ont commencé à être repoussés/annulés, j’ai commencé à angoisser pour toute l’année à venir, et c’est un sentiment que j’ai du apprendre à apprivoiser. Le fait que l’on m’impose de ne plus pouvoir partir a été très dur pour moi, mais je suis bien placée pour savoir que rien ne vaut la santé, et que les voyages ne seront que partie remise. Malgré cela, j’ai quand même eu du mal à accepter de devoir vivre au jour le jour et surtout, de devoir remettre mes projets à plus tard. J’avais l’impression que c’était du temps gâché, que je perdais des mois de ma vie à ne pas pouvoir profiter. Aujourd’hui, avec un peu plus de recul, je me dis qu’il y a pire que de devoir, au pire, remettre ses voyages à l’année d’après. J’apprends doucement à moins faire de projets, et je pense que c’est la solution pour être moins stressée, même si au début, c’est bien ne pas faire de projets qui m’angoissait! J’essaie de vivre au jour le jour jusqu’à ce que fichu virus ne disparaisse enfin, et en attendant de pouvoir repartir (parce que oui, c’est quand même prévu), je profite autrement !

Je suis bien consciente que nous n’avons pas tous la même vision des choses, et qu’une chose qui me semble essentielle peut vous paraitre futile. C’est tout l’intérêt de cet article: relativiser!

J’espère que cela vous aura plu, et je vous dis à très vite.

Un commentaire sur “Ces erreurs que je ne referai plus (ou presque)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :