L’Usine d’Oskar Schindler

Deux jours avant de partir pour Cracovie, j’ai découvert que la célèbre usine de Schindler, celle qui a inspiré le célèbre film de Spielberg, est aujourd’hui visitable. Ni une, ni deux, j’ai réservé mes entrées pour aller voir ça de plus près.

Qui était Oskar Schindler ?

Oskar Schindler était un homme d’affaires qui a été recruté par les SS au service de renseignement, ce qui lui a permis de créer un lien avec les hautes sphères nazies. Il expliquera plus tard à la police tchèque qu’il l’a fait parce qu’il avait besoin d’argent, étant à l’époque confronté à des problèmes d’alcool et de dettes.

Lors de l’invasion de la Pologne, Schindler fait fortune grâce à son usine spécialisée dans la fabrication de batteries de cuisine appelée alors ‘Deutsche Emaillewaren-Fabrik’. C’est d’ailleurs encore sous ce nom qu’on trouve l’usine sur Maps aujourd’hui. Puisque la main-d’œuvre allemande était trop chère, Schindler a choisi d’employer des ouvriers juifs qui se trouvaient dans le camp de travail de Plaszow. Schindler en a alors appris de plus en plus sur la manière atroce dont les nazis traitaient les Juifs et a entamé des négociations pour que ses ouvriers puissent être tenus à l’écart de Plaszow en leur offrant un abri dans son usine.

Après une certaine période, la fabrication d’ustensiles de cuisine en émail a cessé d’être rentable, l’usine a alors commencé à fabriquer des obus, tout en veillant à ce que certains d’entre eux soient défectueux, sous les ordres de Schinlder. C’est ainsi qu’il a réussi à protéger les ouvriers de son usine afin qu’ils ne terminent pas dans les camps d’extermination, sauvant plus de 1200 personnes! A la fin de la guerre, Schindler a délocalisé ses ouvriers vers une autre usine plus protégée et a dû fuir à la libération car il risquait d’être traqué pour son appartenance au parti nazi et aux renseignements. L’usine a été reprise par l’entreprise de télécommunications Telpod, qui a préservé l’entrée et la façade, adaptant simplement l’intérieur de l’usine.

En 2005, la ville de Cracovie a racheté l’usine pour en faire un musée. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le musée ne retrace pas le parcours de Schindler mais l’histoire de la guerre sous la forme d’une exposition permanente intitulée ‘Cracovie sous l’occupation nazie entre 1939 et 1945’. L’exposition enseigne l’histoire de la ville depuis la fin de l’année 1939 jusqu’à la libération.

Le musée

La visite commence par une pièce où se trouve plusieurs stéréoscopes qui nous permettent de visualiser des photos avec une impression de relief. Le stéréoscope lui-même date de la fin du 19e siècle. Dans la même salle est mise en valeur une vue aérienne de Cracovie, et des photos de la ville avant la Seconde Guerre Mondiale. Jusqu’ici, tout va bien pour Cracovie.

Tout le musée repose sur des mises en scènes extrêmement bien réalisées, très ludiques, qui permettent de mettre le visiteur en situation réelle.

La visite continue par la reconstitution du studio d’un photographe puis par un véritable quai de gare. On trouve toujours une foule de papiers à lire sur les murs; articles de presse, explications, … Ici, les affiches prennent déjà une autre tournure. La mobilisation commencent à faire son apparition à Cracovie, et puis, la guerre éclate….

Nous passons alors dans un couloir très sombre, où des bombardements se font entendre. C’est vraiment angoissant, je ne sais pas comment les gens ont réussi à tenir avec tout ce stress… Dans le mur, on découvre des accessoires de guerre tels que des uniformes ou des armes. On découvre comment s’est faite l’invasion de la Pologne.

La mise en situation réelle continue quand on se retrouve face à face avec un char d’assaut puis un hall d’immeuble reconstitué. On entend des conversations en bruit de fond. Conversations que je n’ai pas comprises mais apparemment, il s’agit d’habitants qui discutent de la situation de la ville après l’invasion allemande. Une boîte aux lettres expose des cartes et des lettres envoyées depuis les premiers camps de concentration.

La suite de la visite m’a mise assez mal à l’aise. De grands drapeaux nazis sont accrochés, et les murs sont remplis d’affiches et d’annonces reprenant les interdictions. Même le sol est carrelé de drapeaux nazis noirs sur un fond blanc… Plus les pièces passent, plus le décor devient angoissant, jusqu’à découvrir les photos des pendus sur le site de Auschwitz I. Exactement l’endroit que nous avions vu sur place le jour d’avant … A côté des pendus, les SS rigolent à coeur joie.

Les horreurs continuent, jusqu’à la libération. La seule pièce qui met un peu de baume au coeur, c’est celle de la fin, qui regroupe tous les prénoms des personnes que Schindler a pu sauver.

Pratique

Dans le musée, tout est écrit en polonais ou en anglais. Ceux qui ne comprennent pas une de ses langues auront bien du mal à comprendre la visite, et passeront peu de temps dans le musée car énormément de choses doivent être lues. Il est alors conseillé de visiter le musée avec un guide de votre propre langue.

L’usine est ouverte le lundi, de 10h à 16h, et du mardi au dimanche de 9h à 20h. Il est préférable de réserver car il y a un quotas de personnes autorisées dans le musée par tranche horaire.

C’est le musée le plus ludique que j’ai pu voir jusqu’à présent. Les scénographies sont vraiment bien réalisées, jusque dans les détails comme par exemple les sols qui changent de pièce en pièce. L’expérience est intense et très réaliste.

Concernant le prix, il est de 24 zł, soit 5,5€, ce qui les vaut largement. Aucune raison donc de ne pas y aller!

2 commentaires sur “L’Usine d’Oskar Schindler

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :