Les ruines du château fort de Coucy

Le château de Coucy est un château fort issu d’une puissante famille. Il se trouve sur la commune de Coucy-le-Château-Auffrique, dans le département de l’Aisne en région Hauts-de-France.

La première mention d’un château à Coucy date de 920. Il s’agit alors d’une simple motte castrale édifiée par Hervé, évêque de Reims. En 1079, Albéric (ou Aubry) s’empare de ce premier château et devient le fondateur de la dynastie des sires de Coucy. La ville de Coucy est affranchie du pouvoir seigneurial en 1197.

Entre 1225 et 1230, Enguerrand III de Coucy, reconstruit le château dont les ruines sont encore visibles actuellement. Il dépense une fortune dans la construction de ce château, surtout pour le donjon colossal dont Viollet-le-Duc dira : ‘Auprès de ce géant, les plus grosses tours connues, soit en France, soit en Italie ou en Allemagne, ne sont que des fuseaux.’ Au fil des années, Enguerrand VII transforme la forteresse en aménageant de vastes salles et un palais d’architecture gothique. Il décéda sans descendant mâle. En 1400, Louis d’Orléans, fils du roi Charles V le Sage, acquiert de la fille d’Enguerrand VII, pour une certaine somme la baronnie de Coucy pour compléter la défense de son duché de Valois.

Au cours de la guerre de Cent Ans, durant l’hiver 1411, le château est assiégé pendant trois mois par 600 hommes d’armes. Il est rattaché à la couronne royale en 1498, sous le règne de Louis XII. Pendant la Fronde (1648-1653), le château occupé refuse de se soumettre à Louis XIV. Ce dernier ordonne son démantèlement et son abandon, ce qui sera fait en 1652. Le château sert alors de carrière de pierres jusqu’à son acquisition par Louis-Philippe en 1829, puis par l’État en 1848. Plusieurs architectes, dont Viollet-le-Duc, se succèdent pour préserver les ruines.

Au cours de la Première Guerre mondiale, les quatre tours et le donjon sont détruits par l’armée allemande. Les ruines du château font aujourd’hui l’objet d’un classement au titre des monuments historiques.

La visite des ruines

Le château se présente sous la forme d’une enceinte flanquée de quatre tours circulaires aux angles. Ces dernières mesurent 20 mètres de diamètre et se dressent à plus de 40 mètres de hauteur. Elles sont divisées à l’intérieur en trois étages voûtés sur sous-sol, et sont pourvues de cheminées et de latrines. Chacune d’entre-elles est un vrai donjon et toutes étaient reliées par une courtine.

On accède au château par une vaste basse-cour dans laquelle s’élève la chapelle, placée en travers du chemin. Même s’il n’en reste que des ruines, le site est tout de même impressionnant et différents panneaux didactiques permettent de se rendre compte de ce que les ruines étaient avant.

Le château et son enceinte comprennent les éléments suivants :

  • la tour Jacquet (qui n’existe plus) ;
  • la tour de l’Avoine ;
  • la tour de l’ouest ;
  • la tour de l’artillerie ;
  • les restes d’une église ;
  • les ruines du donjon ;
  • les ruines du logis seigneurial ;
  • les ruines de la chapelle seigneuriale ;
  • la grande salle également appelée salle des Preux ;
  • les caves.

Les deux tours du flanc ouest de la basse-cour sont effondrées. On peut balader le long de l’extérieur des remparts, ce qui permet d’en deviner l’architecture. Ce chemin, au pied des murailles, est mis en valeur par de la verdure. L’herbe y est fauchée et un garde-fou (constitué par une clôture basse de branches tressées) permet de signaler tout autour, d’une manière concentrique, le danger de la pente très raide vers la vallée.

Un guide papier est fourni à l’entrée du château afin d’effectuer la visite selon un sens précis. Malgré qu’il ne reste pas grand chose du château de base, il y a encore pas mal de choses à visiter, j’ai d’ailleurs été étonnée. De plus, l’endroit est tellement propice au calme, qu’il pourrait très bien servir de jardin.

Il est possible de faire le tour des remparts par un petit chemin en contre-bas, où vous rencontrerez de nombreuses petites chèvres.

La visite dure une bonne heure et coûte 6€. Faisant partie du centre des monuments nationaux, l’entrée est gratuite pour les moins de 18 ans et les 18-25 ans ressortissants des pays de l’Union Européenne. Pour les plus de 25 ans, il existe un billet jumelé avec Pierrefonds au prix de 10€.

J’ai visité Coucy par une belle après-midi ensoleillée de juin, il y avait très peu de monde et cette découverte m’a beaucoup plu. Je visite beaucoup moins souvent des ruines que des châteaux encore debout car j’ai plus de mal à visualiser ce qu’ils étaient à l’époque, j’arrive donc moins à imaginer ce qui pouvait s’y passer. Cependant, j’ai parfaitement réussi à me représenter Coucy grâce aux explications fournies, et aux ruines présentes en nombres sur ce site. Je vous recommande la visite!

A bientôt!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :