J’ai organisé mon propre tour de France!

On me l’a beaucoup demandé alors je reviens aujourd’hui sur le tour de France que j’ai organisé en juin 2017, sur trois semaines. Je garde un très bon souvenir de ce voyage, qui fut mon premier « gros » road trip, et surtout celui qui m’a donné envie d’en faire dans chaque pays, ou presque. Préparez-vous, j’ai beaucoup de choses à dire!

Mon itinéraire

Je commence tout de suite par planter le décor en partageant mon itinéraire, qui fut celui-ci:

Pourquoi cet itinéraire ?

Raison simple. L’année d’avant, j’avais déjà réalisé un road trip de deux semaines à la découverte de l’Alsace, du Lac Léman, du Lac d’Annecy, du Lac du Bourget et quelques autres points sur la route, pendant deux semaines. J’avais aussi déjà découvert la Somme, la Normandie et la Côte d’Opale, et je revenais de mon road trip des châteaux de la Loire et du Mont Saint Michel. Je revenais tout juste d’un séjour à Clermont Ferrand. J’avais donc déjà éliminé par mal de choses à voir, mais il m’en restait encore bien plus, surtout dans le sud. La France a toujours été un pays que j’aime (du moins passé Paris, je l’avoue), et qui regorge, à mon sens, de petits coins de paradis. En rentrant de la Loire en février, j’ai donc décidé de repartir à l’aventure en juin, pour en voir bien plus. J’ai commencé par lister les endroits qui me venaient de tête, puis je me suis renseignée sur les plus beaux villages, etc .. Et au fur et à mesure, c’est ainsi qu’est née cette carte. Après, il n’y avait plus qu’à faire les valises et partir!

Sur cette carte, on remarque vite qu’il n’y a aucune étape sur la côte d’Azur, au Pays Basque ou en pleine Bretagne. Pourquoi? Pour revenir bien-sûr! C’est ce que j’ai fait en juillet 2018 en explorant le Pays Basque, et puis en septembre 2018 en partant à Marseille. A ce jour, il ne me reste « que » la pointe de la Bretagne, que je compte visiter en profondeur quand je repartirai dans la Loire. Je suis, depuis, beaucoup retournée du côté de la Haute-Savoie, et je suis partie cette année deux semaines en Dordogne tant j’ai aimé cette région. Quand je vous dis que j’aime la France …

3800km en 24 jours

Si je devais recommencer, je ne changerai rien. Tout s’est déroulé comme je le souhaitais, et même mieux, c’est le principal. J’ai vu bien plus que ce que j’espérais. Si j’avais su avant de m’y rendre que parcourir le col d’Allos signifiait rouler 2h à côté du vide sans pouvoir croiser une voiture alors j’aurai pris peur, mais au final une fois que j’y étais, je n’avais plus le choix, alors je l’ai fait, et j’en suis fière! Ce qui m’a permis de faire bien pire depuis 🤗

J’ai roulé en moyenne 160 km par jour, soit environ 2h. C’est une grosse moyenne car les premières étapes ont pris bien plus de kilomètres pour quitter le nord et y revenir, et il faut compter que je suis restée dans certaines régions plusieurs jours. Il faut aussi prendre en compte que certaines petites routes ne font peut-être pas beaucoup de km, mais on y passe un temps fou. Pour exemple; une étape dans le col d’Allos faisait 60 km mais il a fallu 2h pour serpenter les routes!

Rouler à ce rythme a permis de voir beaucoup de choses par journée tout en ne passant pas énormément de temps sur la route. Et comme nous étions en juin, les journées étaient très longues! On démarrait vers 8h et à 22h on pouvait encore profiter au bord des lacs ou des rivières. A savoir que la route se faisait toujours au matin, comme ça on avait vraiment bien le temps sur place et on ne devait jamais regarder l’heure. Pas question de se presser pour visiter, même si parfois cela nous a amené à visiter certains endroits au coucher de soleil comme les cascades du Sautadet, mais ce n’en était que plus beau!

Logements

Je n’ai jamais dormi 2 jours au même endroit. J’ai donc dormi dans 9 hôtels, 2 chalets de montagne, 2 appartements, 3 campings, 4 maisons d’hôte, 1 auberge, 1 château et 1 B&B. Tous les hébergements ont été réservés 3 mois à l’avance via Booking, avec une moyenne de 70-80€ par nuit pour les hôtels (très souvent avec piscine ou jacuzzi), et une trentaine pour les campings (avec piscine et de type Yelloh Village pour plus de confort, ce que je regrette absolument pas!). Pendant ce voyage, j’ai découvert de magnifiques petits logements vraiment confortables et parfois atypiques, comme je les aime. Le budget logements a du s’élever à environ 1500€.

Les étapes

Je suis la reine de l’organisation. Avant le départ, chaque étape incontournable était listée sur une feuille avec l’adresse, et les logements étaient tous encodés dans le GPS. L’organisation dans ce genre de road trip permet de gagner un temps fou, qui sera utile pour rajouter tout plein d’endroits imprévus dans l’itinéraire.

La ville de Troyes fut le premier point de chute. J’ai continué la descente par le parc Régional du Morvan, puis j’ai viré vers Lyon, Vienne, Grenoble. Je suis passée par énormément de beaux lacs comme celui du Sautet et de Serre-Ponçon.

J’ai franchi les montagnes du Mercantour à la découverte du lac d’Allos, avant de passer par les gorges du Verdon et le lac de Sainte Croix. Ensuite j’ai traversé le sublime plateau de Valensole et ses champs de lavandes qui étaient en pleine floraison. Dans cette région je me suis aventurée dans beaucoup de petits villages comme Gordes. J’ai continué par le Colorado Provençal où je me suis prise une grosse claque en découvrant les ocres du Roussillon. J’ai vu Orange, Vaison-La-Romaine, Avignon, le Pont du Gard, Nîmes et Arles avant d’attérir en Camargue, une des parties que j’ai préféré. Bien qu’honnêtement j’ai vraiment du baume au coeur pour chaque région… Ont suivi Montpellier, le lac du Salagou, Gruissan, Narbonne, et autre étape très attendue; la belle cité médiévale de Carcassonne. Ensuite, je suis retournée dans quelques villages que j’avais visité bien plus jeune dans la région du Tarn; Albi, Gaillac et Castelnau de Montmiral, ce qui a marqué la moitié du séjour.

La deuxième moitié est passé à une vitesse folle! J’ai enchainé avec la Dordogne, en passant par Cahors. En 4 ou 5 jours j’ai vu Rocamadour, Bretenoux, Sarlat, Les Eyzies et j’en passe. On est ensuite passé par Bordeaux, et il a bien fallu remonter… J’ai choisi de passer par Saintes, puis la Rochelle avant de monter encore pour Nantes. J’ai terminé par la Bretagne avec Carnac et Quiberon qui ont terminé le séjour en beauté. Le dernier arrêt avant la maison fut les menhirs de Monteneuf. Et puis j’ai fait un tout droit de 6h30 jusque la maison, un dimanche soir, avant de retourner bosser le lendemain!

Les visites

En terme de visite, comme toujours, j’ai fait beaucoup de parcs animaliers, de châteaux, lieux historiques et les incontournables.

En terme de châteaux j’ai visité celui de Coucy, de Castelnaud Bretenoux, des Milandes, de Castelnaud la Chapelle, de Puymartin et de Commarque.

En terme de parcs animaliers j’ai été au zoo de Lyon, au Parc animalier du Serre-Ponçon, le Pont de Gau, le Seaquarium, le Zoo de Montpellier, le parc animalier de Gramat, le rocher des aigles, la forêt des singes, l’aquarium noir du Périgord, l’aquarium de la Rochelle

J’ai aussi fait les excursions suivantes; le domaine de Vizille, le Sentier des ocre, les sites archéologiques de Vaison La Romaine, le Théâtre d’Orange, le Fort Saint André d’Avignon, le Pont du Gard, les Arènes de Nîmes, les salins d’Aigues Mortes, la cité de Carcasonne, le Gouffre de Padirac, les machines de l’Ile, les alignements de Carnac, les menhirs de Monteneuf. Le seul parc d’attraction mais pas des moindres que j’ai fait lors de ce séjour est le Puy du Fou. J’ai aussi fait la descente de la Sioule en canoë et un grand tour du lac de Sainte Croix en Pédalo. J’ai été aux cascades du Sautadet qui m’ont émerveillée.

Rien qu’en terme d’excursions, j’ai dépensé plus de 500€ pour deux. Mais je pars du principe que si je voyage pour ne rien faire (bien que beaucoup de belles choses sont aussi gratuites, j’en conviens parfaitement), alors autant ne pas partir. S’il y a bien une chose que je déteste en voyage, c’est de sentir restreint point de vue budget. J’économise suffisamment toute l’année pour me faire plaisir au moment venu.

Certaines excursions, comme le gouffre de Padirac et le Puy du fou, ont été réservées à l’avance, pour s’assurer d’avoir une entrée le jour J, et surtout éviter la file.

Transports

Je me suis uniquement déplacée en voiture, avec la qashqai de ma maman! Je n’avais à l’époque qu’une petite Mériva bien moins confortable et surtout qui consommait bien plus. J’ai depuis acheté ma propre qashqai et c’est avec elle que je pars quand je me déplace en voiture! Cette voiture est vraiment parfaite pour faire de longue route. Et avec le toit panoramique c’est le bonheur de pouvoir regarder les montagnes ou les étoiles! La mienne a de très gros pneus ce qui permet une bonne tenue de route. Je m’y sens en sécurité, c’est le point primordial avant d’entamer de longues routes.

Je ne me souviens plus de combien j’ai dépensé en essence mais dans mes souvenirs pas tant que ça. J’ai du m’en sortir avec 400€, péages compris (ce qui coûte le plus cher au final!).

Nourriture

Le gros avantage de la France, c’est qu’on y mange bien, très bien même. Sauf que, en 2017, je n’étais pas encore une adepte des restos. Bien loin de là. Ce qui ne nous a quand même pas empêché de manger de bonnes choses. Chaque matin, on allait chercher de quoi déjeuner à la boulangerie (on en parle des croissants français tout chaud?), avec souvent un café glacé, pratique pour la route. Le midi, c’était sandwich et au soir, on a toujours trouvé de bons petits snacks au bord des lacs, ou des flunch. J’ai aussi pu cuisiner moi-même quand on avait une cuisine dans le logement. Ce qui coûte vite de l’argent au final, ce sont étonnement … les glaces parce qu’il faisait chaud, et parce que j’adore ça. Alors au moins une glace par jour à parfois 5€ les deux boules.. Ça chiffre vite! Mais aussi l’eau, car qui dit canicule dit boire beaucoup et donc acheter. Et 24 matins en boulangerie ça pique aussi. Mais je m’en suis sortie avec environ 400€ pour deux, ce qui reste très raisonnable je trouve.

Mon ressenti

Je commence par une petite déception puisqu’il n’y en a qu’une et qu’elle est minime: la ville de Bordeaux. Tout le monde me dit que c’est magnifique, et je veux bien le croire, c’est vrai que c’est beau. Mais j’ai trouvé la ville terriblement sale, les parkings sentait mauvais à ne pas savoir respirer (pourtant je ne suis pas nareuse), et j’ai été choquée du nombre de personnes vivants dans la rue. Rajoutons à cela la bataille pour entrer dans la ville en voiture, c’était trop pour moi. Les grandes villes ne sont définitivement pas mon truc. J’y retournerai peut-être pour enlever cette image négative de ma tête.

Au delà de ça, ce voyage m’a énormément apporté. Il m’a surtout prouvée que j’étais capable de réaliser seule, et surtout facilement ce qui me tenait à coeur. Avec du recul je pense que commencer par la France était vraiment une bonne idée pour me rassurer et voir que c’était possible. J’ai surmonté énormément de peur en réalisant ce tour de France à 22 ans, même si sur instagram tout cela paraissait facile… Je suis tellement fière d’avoir entendu mes parents parler de ce voyage à tout le monde et de les avoir vu suivre mes étapes chaque jour, comme s’il s’agissait là d’un énorme périple.. Ce n’était « qu’un tour de France », mais celui-ci m’a poussé à partir encore plus loin depuis, et m’a appris à ne jamais m’arrêter tant que je n’ai pas réalisé ce que je souhaitais. Une belle leçon de vie en somme, et un enrichissement personnel. C’est tout ce qui compte pour moi.

J’ai en revanche eu beaucoup de mal en rentrant. Je n’avais qu’une obsession, repartir. J’étais en plein déménagement, mais je ne pensais qu’à reprendre la route. C’est si dur de reprendre la « routine » quand on a passé trois semaines à découvrir un pays, et à emmagasiner des paysages de cartes postales. Les premières journées de reprises au boulot furent très longues… Mais aussi pleine d’étoiles dans les yeux quand j’ai pu raconter ce beau voyage à mes collègues, qui eux aussi, m’ont suivi chaque jour. Et puis, je me suis vite consolée en préparant mon séjour en Italie et en Écosse et ça allait beaucoup mieux! De toute façon, il faut bien revenir pour repartir…

Anecdotes

🌻 Durant ces 24 jours, il a fait un temps magnifique. Que du soleil! Nous avons eu plus de 40 degrés près de Vaison-la-Romaine. Il n’y a pas un jour où je ne me suis pas baignée. Sauf… le jour du Puy du Fou où il n’a pas arrêté de pleuvoir, à devoir acheter des capes. Si la pluie ne nous a pas empêché de profiter la journée, j’ai en revanche choppé une méga crève et la bronchite de l’année. Par chance, c’était les derniers jours.

🌻 Je met en garde contre les moustiques de Camargue qui sont bien pires que ce que l’on dit. Je suis de base allergique à tout un tas de trucs dont les piqures d’insectes. Mais les moustiques de Camargue, c’est un tout autre niveau. J’ai été piqué une dizaine de fois un peu partout, dont au pied, et j’ai immédiatement viré au bleu/noir. Impossible de plier le pied tant j’étais gonflée. Par chance j’ai toujours une bonne trousse à pharmacie avec.

🌻 Toujours en Camargue; il y a des pluies de hannetons, littéralement. En 5 minutes de temps, ces petites bêtes volaient par centaines dans tous les sens. Elles sont assez grosses et j’ignorai à l’époque si ça piquait ou non… Les hannetons se prenaient dans mes cheveux, c’était horrible. Je n’étais pas très à l’aise ce soir là, je l’avoue. Mais ça reste un souvenir qui me fait rire parce que je me revois sautiller en essayant de m’en débarrasser du mieux que je pouvais.

🌻 Il faut toujours mettre de la crème solaire et se baigner dans un lac à l’eau turquoise n’en fait pas exception. J’ai choppé le coup de soleil de ma vie une après-midi au lac du Paladru. Je n’ai jamais senti ma peau chauffer car je faisais des aller/retour dans le lac mais conclusion; je ne savais plus dormir allonger le soir à Grenoble, et presque plus bouger mes jambes tant j’avais gonflé. C’était drôle, mais c’était bête et dangereux. J’aurai pu l’éviter.

🌻 Mon plus grand regret est d’avoir commencé ma collection de magnets bieeeeen après ce voyage parce que je me dis que j’en aurai eu de supers beaux! Mais j’ai quand même ramené plein d’autres jolis souvenirs comme une dent de requin du Seaquarium par exemple.

Je pense avoir fait le tour de ce beau voyage et par la même occasion, écrire l’un des articles les plus longs jusqu’à présent. Je trouve que sur les sites de voyage, on ne parle pas assez souvent de partir explorer la France. Pourtant pas besoin d’aller au bout du monde pour s’évader, le voyage commence au bout de son jardin, non? Pour les plus curieux d’entre-vous, j’ai retrouvé une photo de mon « planning ». Je vous le met tel quel ci-dessous.

Mon prochain gros road trip sera en direction des Balkans! Je suis occupée de préparer tout ça depuis quelques semaines déjà. Il s’agira plus d’un tour d’Europe de l’est, basé pour le moment sur un mois, mais je vous en reparle très vite plus en détails.

A bientôt!

8 commentaires sur “J’ai organisé mon propre tour de France!

Ajouter un commentaire

  1. Voilà un article qui a de quoi me plaire. J’ai ce projet de faire des voyages en voiture j’ai essayé. 300 kms trop longs pour moi, le dos me dit zut. Je connais la France pour des portions de route, où les kms affichés ne correspondent pas à la durée. C’est un eu peu comme longer la Croatie en 1974 et se dire que nous y serions rapidement arrivés. Que non, les zig-zag sont nombreux comme dans le Vercors ou l’Ardèche. C’était du temps où j’étais une Bruxelloise ne passant mes vacances en juin et qu’en France, sur les petites routes de France 🙂 Que du bonheur à cette époque. Aujourd’hui je vis à Bordeaux et ceci depuis 2005, une ville qui a beaucoup changé sur les quais. Ailleurs hélas, le tourisme a rendu la ville invivable, moche, irrespirable, il y fait de plus en plus chaud pour moi. C’est comme cela. Un conseil éviter les mois de juillet et d’août. Je déplore l’arrivée de ces géants des mers, au niveau croisières, c’est une horreur. Et que du plus au niveau fric pour les commerçants. Je conseille Blaye sur l’Estuaire et la forteresse de Vauban qui en a construite dans la France entière et sur les îles. Je suis fan, mais n’ai été nullement par ailleurs. Celles de Salses au-dessus de Perpignan est magnifique mais n’est pas de ce génie de la défense sous Louis XIV.
    Je vais me permettre d’imprimer cet itinéraire et tout votre article sans les photos. 🙂 Je m’y suis inscrite. Electron libre sur la toile, je ne faisais que passer dans les découvertes et voilà un article qui n’attendait que ma visite. 🙂 Merci pour la mamie que je suis de presque soixante-neuf ans. 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore le concept de dormir à un endroit différent chaque jour et avoir ce sentiment de liberté. Il faudra que je fasse un road trip en France car je connais encore que trop peu de recoins. En tous les cas, merci pour ce partage, ça donne envie 🙂

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :